Le pré-rapport sur le prix des carburants en Guadeloupe

Le pré-rapport sur le prix des carburants en Guadeloupe

Le rapport final doit être livré fin février, mais déjà un pré-rapport voit le jour et il est accablant pour les compagnies pétrolières et la SARA (Société anonyme de raffinement des Antilles).

L’inspecteur ecrit dans son prérapport : « Le dispositif actuel d’administration des prix par les préfets prend l’eau de toute part » et les services de l’Etat « sont incapables de justifier la base des calculs sur lesquels repose leur évaluation », en Guyane, en Martinique et en Guadeloupe.

Le coût des approvisionnements (brut importé pour être raffiné et produits finis ou semi-finis) n’est pas déterminé sur la base des approvisionnements réels « mais sur celle d’une formule intangible », avec une clé de répartition invariable entre brut et produits finis. Même quand la SARA a été arrêtée pendant deux mois… D’où le soupçon d’enrichissement indu.

Le coût du transport n’a jamais été révisé depuis 1989

L’inspection ne s’explique pas non plus pour l’instant des variations de 15% « entre deux documents successifs, sans justification », sur la valeur ajoutée par la SARA sur les produits bruts.

Le coût du transport des produits vers la Guadeloupe n’a jamais été révisé depuis 1989, ce qui est « d’autant plus inadmissible que les coûts du fret ont baissé ». Le coût du passage en dépôt est lui, « assez fantaisiste ».

L’inspection aimerait également vérifier que les pétroliers « ne se mettent pas une partie de la marge de détail dans la poche lorsqu’ils vendent directement du carburant aux gros clients » pour leurs cuves privées.

l’inspecteur conclut : « Cette longue liste d’anomalies, de chiffres non justifiés, de formules peu calées sur la réalité des coûts, me conduit à penser que la crédibilité du dispositif actuel est atteinte. »

source : le monde

Rédigé par: francis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *