43 à 47% de chomage en Guadeloupe en septembre 2009 !

43 à 47% de chomage en Guadeloupe en septembre 2009 !

43 à 47% de chômage en Guadeloupe en septembre 2009, c’est une estimation qui fait peur, c’est d’ailleurs peut-être le but. Mais finalement ça a l’air de correspondre.

un peu de mathématique :

– La population active en Guadeloupe doit être d’environ 170 000 personnes.

– En mars 2009, il y avait 51 970 demandeurs d’emplois soit 30,5 % de chômage.

– En juin 2009, les estimations donnent environ 60 000 chômeurs en Guadeloupe soit 35 % de chômage.

Une des plus grande crainte des autorités de l’état en Guadeloupe est le départ des chefs d’entreprises pendant les vacances d’été. En effet, beaucoup d’entreprises ferment pendant cette période creuse. Il est à craindre que beaucoup de chefs d’entreprise en profitent pour fermer définitivement leur entreprise et quitter la Guadeloupe.

En septembre le chiffre de demandeurs d’emploi pourrait atteindre 75 000 personnes soit 44% de la population active au chômage. Un  chiffre qui fait peur certes, mais qui représente en fait seulement 23 000 personnes en plus enregistré au pôle emploi par rapport à mars 2009 soit une moyenne de 4600 chômeurs de plus par mois jusqu’en septembre (en mars il y avait eu 3570 personnes qui s’étaient inscrites au pôle emploi, chiffre en progression!).

Mais où travaillent ces personnes qui vont venir grossir le chiffre du chômage en Guadeloupe ?

Tout d’abord c’est 1800 entreprises en Guadeloupe qui ont déposé un dossier de cessation d’activité depuis les grèves de janvier et février 2009. 800 d’entre elles ont déjà fermé (nous n’avons par encore les chiffres du chômage conséquence de ces fermetures). D’ici à la fin de l’été les 1000 autres auront fermé, sans compter les dossiers qui vont être déposé entre temps.

Ensuite le tourisme est en berne en Guadeloupe, les hôtels ne réouvrent pas. Certains hôtels pensent réouvrir à la rentrée pour la prochaine saison touristique, d’autres vont attendre 2 ans pour réouvrir (histoire de laisser passer la crise). Ces hôtels emploient énormément de monde (directement et indirectement).

Enfin le ralentissement global de l’économie en Guadeloupe entraîne forcément chez les petites entreprises de Guadeloupe une réduction de leur chiffre d’affaire et donc un dégraissage de leur masse salariale, et ça c’est pour les entreprises guadeloupéennes les plus chanceuses. Pour les autres c’est le dépôt de bilan qui arrive tout doucement.

Les aides de l’état ne viennent pas, les banques ont laché les entreprises. Plus aucun prêt n’est autorisé aux entreprises en Guadeloupe. La banque populaire, la BNP paribas et le Crédit Agricole ont reçu l’ordre de ne plus accorder de prêt bancaire aux entreprises (sauf apport important de la part du chef ou créateur d’entreprise). Ceci entraîne une réduction du nombre de créations d’entreprises, mais ça montre aussi que les entreprises qui vont avoir des difficultés dans les mois qui viennent auront énormément de mal à remonter la pente.

Rédigé par: francis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *